Les premiers Architectes du Temps, qui créent la société le 15 juillet 1911, sont partenaires à la fois dans la vie et dans cette noble entreprise. Installés à La Chaux-de-Fonds, l'un des plus grands centres de l'horlogerie suisse, Eugène Blum et Alice Lévy décident de sceller leurs destins en s'associant dans une nouvelle aventure et donnent à leur société un nom symbolisant la fusion de leurs personnalités exceptionnelles : EBEL – les initiales de “Eugène Blum Et Lévy”.
       

Le fils des fondateurs, Charles Blum, travaille durement pour accroître la compétitivité de la marque et crée un site de production capable de vendre ses mouvements à d'autres marques de renommée internationale. L'absence de compromis sur la qualité est considérée comme la clé du succès dans ce métier exigeant.
Ebel fait preuve de son engagement à l'égard de cette valeur fondamentale en 1935 en devenant la première manufacture horlogère suisse à utiliser le système 'Western Electric'. Cette invention, ancêtre du vibrographe, est le premier appareil capable de mesurer la précision des mouvements. Toujours dans cette même quête de perfection, admirablement promue par le très talentueux horloger Marcel Reuche, Ebel encourage la création du “Contrôle Technique des Montres” (CTM) en 1957, série de contrôles douaniers sévères garantissant la précision de l'horlogerie suisse dans le monde entier.
Le CTM va contribuer à son tour à améliorer les critères de certification qualité du Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC), organe officiel accordant l'attestation qui est aujourd'hui encore un prestigieux gage de précision et de fiabilité.

Calibre 137 manufacture EBEL